Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DE PIERMA

Mon univers porte en lui tous les possibles,de mes rêves les plus fous jusques à mes banales réalités.

Ah...la famille...

Publié le 2 Mars 2011 par pierma

Depuis que le monde est monde l'homme ,dès qu'il a procréé s'est constitué en familles.

Dès lors,cela a donné les grandes familles,les petites familles,les familles moyennes,les familles bourgeoises,

les familles d'ouvriers,les dynasties,les familles princières etc...

Même les solitaires sont issus de la conjonction d'une et d'un.

 

Je suis issu depuis longtemps déjà d'une famille décomposée,recomposée du côté de mon père,tout comme ma fratrie d'ailleurs.

Enfin plus exactement mes parents ont cassé le noyau,séparé la cellule au temps de mon enfance.

Remarquez le vocabulaire scientifique emprunté à juste titre à la terre,notre planète qui nous porte à croître depuis

des centaines de milliers d'années.

Oui alors allez vous me dire,quand c'est cassé ,c'est cassé !

Ce en quoi vous n'auriez pas tord.Car le petit d'homme tout comme le petit singe,le petit oiseau,le petit dauphin,

a besoin de ses deux parents pour grandir sereinement ,progresser jusqu'au moment où lui même sera en mesure de faire la même chose.

Bon tout le monde sait ça.

Alors au moment de la cassure,ça fait mal,s'est comme crever sa première bulle de savon.

Et puis ça cicatrise parce que le temps est un fabuleux vecteur de réparation à condition d'y mettre du sien bien évidemment.

En psychanalyse on appelle ça:"faire le travail".

Il en est toujours qui ne savent pas faire le travail,qui ne veulent pas...

On peut casser la cellule plusieurs fois dans sa vie,reproduire le shéma de la séparation.Et la encore ça fait re-mal.

Et l'on s'en re-met.

Alors le temps dure...dure...dure...dure si longtemps qu'on oublie les maux.

Et l'on grandit ,et les parents vieillissent...vieillissent...vieillissent en plus,ou moins bonne forme, qu'on en  arrive à

les croire immortels.

Alors on vieillit avec eux ,plus ou moins loin et l'un après l'autre s'en va et là, plus qu'une cassure,une sorte d'amputation.

Et oui c'est plus que cassé,d'un coup plus là...Ça fait mal  aussi.

 

Alors l'on apprend à devenir orphelin.

Non pas le même orphelinat que dans les livres de notre enfance.

Là,plus personne pour nous recueillir après,parce que mathématiquement,après nous sommes les prochains sur la liste.

Quand bien même restons nous dans la force de l'âge de longues années durant.

 

Alors on fait l'amour,non pas pour procréer,non,pour prendre un maximum de plaisir,parce que c'est bon,très bon,trop bon

comme disent les d'jeun's.

Ceux qui ne connaissent pas grand choses de la vie et nous traitent de vieux cons..Comment ça vieux à 50 ans .

 

En psychanalyse,la jouissance,le coït,on appelle ça la petite mort.Sans doute parce que l'espace d'un instant

tout s'arrête et repart aussitôt dans un drapé de bien être jusqu'à l'endormissement dont on se réveille plus vaillant que jamais.

 

Alors oui... Jouissons de la vie avant que de se retrouver alité ,cassé,endormi,réveillé...

Mais toujours vivant.

 

PS: Je n'ai jamais suivi de psychothéraphie de près ou de loin.

 


 

 

c-jacques-vivant-48309-2-v4zoom.jpg

 



 

 

 

 

 

Commenter cet article