Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DE PIERMA

Mon univers porte en lui tous les possibles,de mes rêves les plus fous jusques à mes banales réalités.

En panne de...

Publié le 13 Octobre 2011 par pierma

Oui ...

En panne de ,encore une fois ,peut-être trop d'événements ,de petites ou grandes choses vécues ou à vivre.

Bref depuis un bout de temps ,je tire les lettres par la queue,tournants sept fois les mots autour de ma langue jusqu'à

ne rien trouver à vous mettre sous la dent.

C'est un peu récurrent au seuil de chaque hiver.Je n'y peux rien ,c'est comme ça.

Le syndrôme de la page blanche.Il faut que je me remette à écrire, à lire ,il faut que je prenne mon courage à demain???

Tiens un petit jeu de mot poussant ma procrastination à l'extrême.

Que les ignares prennent leur dictionnaire pour s'enquérir du sens de ce mot là.

Je sens que je vais entrer en hibernation.Tu sais comme la tortue qui s'enfouie dans la terre et ne ressort qu'aux beaux jours.

Je n'ai jamais été un lièvre,ni un cabri,encore moins un cheval fût-il au pas...Et puis cette putain de sciatique récalcitrante.

Cette douleur permanente dans le bas du dos...Enfin aujourd'hui j'ai décidé de me plaindre ...

Eh ben je fais ce que je veux,non?

Oui de me plaindre et je dis merde à ceux qui n'ont comme moi aucune raison de se plaindre.Parce que dans le fond,

J'ai tout ce que je veux...Un toit,un boulot,une femme qui m'aime,des amis,des amis d'amis,des relations proches ou

lointaines et surtout deux filles formidables que j'adore et qui me le rendent bien.

Donc je ne vais pas passer le réveillon la-dessus.

C'est bien plus la société qui me pose problème.Je crois que je me plainds des autres tout comme "le grand Jacques"

(Brel) qui avait mal aux autres.

Ne serait-ce pas une réminiscence de ma période "bab - anti - tout - de - quand - j'avais - dix - huit - ans".

Si...si...tout le monde a connu ça un moment donné de sa vie...Souviens-toi mon gars de quand, jeune homme,tout juste post pubère,tu fustigeais tes parents petits bourgeois.Tu tirais à boulets rouges sur l'armée ,les guerres .Tu pétais dans les églises en signe de non admission: ni Dieu-ni Maître.

Rappelles toi jeune fille qui claquait la porte de ta chambre parce que maman avait trouvé une lettre signée ;FPMB

(Fermée Par Mille Baisers) du grand amour de 18 ans ( 4 de plus que toi).

Le lendemain t'allais rouler un paleau au premier qui t'invitait à la boom de Jean-Marc.Tui voulais montrer que tu devenais femme.

Un peu plus tard tu te faisais dépuceler derrière les mûriers du jardin d'un autre.Tu trouvais ça bizarre mais tu l'avais fait.

C'est ça,sans doute la nausée des angoisses sociétales.En fait ,c'est tout le temps.

Entre 20 et 30 ans, l'errance entre fac, petits boulots, petites nanas.Timide comme une poule qui aurait trouvé

un couteau

Entre 30 et 40 ; marié,stabilisé: "Quel beau couple vous faites!!! " faisaient les envieuses déjà séparées .

Puis divorcé avec deux magnifiques glues et comment leur expliquer que maman et papa ça ferait deux désormais.

Enfin de ce côté là ,pas trop de casse...

Entre 40 et 47 : des galères avec des femmes mûres dans leurs corps mais pas dans leurs têtes.

J'ai fini par jouer les psys en m'allongeant à côté d'elles.Ca n'a pas toujours été désagréable.

Un beau jour,à force  de ténacité et aussi de professionnalisme,le service public m'appela au sein de sa grande famille.

J'ai vu grandir mes glues en pointillé.

Un jour l'une d'elle n'aimait pas les tomates ,sauf dans le ketchup. Six semaines plus tard elle détestait autre chose qu'elle adorait avant...

Bref elle apprend la cuisine chez les grands chefs...va comprendre quelque chose.

Toi t'es parent, père, papa quoi .Tu croix que tout est de ton fait, comme les gênes...

Pôôôôô du tout ,du tout...

Un enfant à douze mois ,quand il marche tout seul,il n'a déjà plus besoin de toi...

La preuve, tu cours après pour qu'il ne fasse pas de connerie.

Alors 20 ans après t'en est fièr(e)parce qu tu l'as bien laissé marcher dans sa vie à lui ,à elle.

Pour peu que tout aille bien avec sa prochaine belle mère,il est sauvé et toi aussi.

Voir l'expression :"en avoir plein dos"

Bon revenons zà nos moutons après cette digression psycho-ethnographique de l'humano familias...

Mon coup de gueule se mesure en somme d'inaptitudes des politiques aujourd'hui aux manettes à ne pas savoir ni pouvoir organiser une société durablement juste et vivable pour nos enfants d'aujourd'hui.

Je ne suis pas du PS,juste de gauche, mais j'ai envie de laisser sa chance aux néo-humanistes  issus de ce cournant et dont je me réclame.

Alors dimanche....Allons votez en masse pour commencer à foutre la trouille à celui qui débuta son mandat par des vacances sur un yacht de milliardaire.

On a vu la suite.Mais ça pourrait changer...

 

images-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Bé@ 03/12/2011 17:59


Bon, alors ? Tu te réveilles ? Elle n'en finit plus, ta sciatique chiatique !


 

Bé@ 16/11/2011 09:46



Je pense que si tu n'as plus mal au dos, c'est que tu as moins mal dans ta tete. Pas la peine de me répondre. D'ailleurs, je serai absente qq jours (je monte à Paris enterrer ma meilleure amie
d'enfance).


Pour le dos et la tête, j'ai trouvé un truc pas mal, autre que le kiné : le shiatsu. C'est génial !


A bientôt, mais pas trop.
Béa



Bé@ 30/10/2011 14:05



J'espère qu'aujourd'hui, ton moral remonte. Il fait beau, de par chez moi, les vampires et autres fantômes vont râler !


Bises


Béa



pierma 15/11/2011 19:20



Merci pour ces visites ,je n'écris plus beaucoup ces temps ci mais ça reviendra...Sans doute ne suis-je pas suffisamment ni dans l'urgence,ni malheureux.En tout cas je n'ai plus mal au dos .Et
ça,c'est un grand pas pour l'histoire de mon humanité.


Vive ma kiné



Bé@ 28/10/2011 18:32



Tu as raison de râler. C'est toujours comme ça que commence la prise de conscience dont naît l'action (à réaction).


Quand j'étais JF, je détestais les églises, les vieux et les musées (éduquée chez les soeurs et père antiquaire). Je ne pensais qu'à partir au Chili sauver des vies. Mes amis, mes amants
avaient du mal à suivre. Un frère m'en a empêché. Que suis-je devenue à présent : mère divorcée qui ne voit ses enfants que par portions calendaires, cherchant du boulot quotidiennement mais pour
l'instant sans résultat. Qu'ai-je accompli d'autre que de me faire plaisir à moi-même et de faire rire les copains ?


Du coup, je fais comme toi : je râle sur la bêtise humaine (dont je fais partie), sur l'égoïsme et la cupidité, la soif de pouvoir et tout et tout. Ca me fait du bien. Râlons donc !